Le shiso est tellement prestigieux au Japon que son nom, 蘇, désigne au sens large toute la famille des lamiacées. Le verbe 蘇る (prononcé “yomigaeru“) signifie même ressusciter, revivre… Intéressons-nous donc à cette plante alimentaire, aromatique, ornementale et médicinale !

Le saviez-vous ?

Nous avons parlé de la mélisse dans un article précédent; aussi, nous a-t-il semblé opportun de présenter en suivant la “mélisse” asiatique. En effet, la pérille – ou shiso – est aussi communément appelée mélisse verte sauvage; l’un de ses noms scientifiques est d’ailleurs Melissa perilloides.

Le shiso est originaire de l’Asie du Sud-Est. le nom japonais de shiso tient son origine du chinois zǐ sū (紫蘇); l’idéogramme 紫 signifie “violet” et fait référence à la couleur de ses feuilles. On distingue :

  • la forme verte, aoshiso (青紫蘇), dotée de vertus sacrées : son huile accompagne depuis toujours les rites shintoistes; dotée de vertus anti allergiques, elle accompagnait en particulier les coquillages dont les effets étaient redoutés. A la fin du XIXsiècle, les immigrants japonais aux États-Unis d’Amérique (“Gannenmono” – 元年者) introduisirent l’huile de shiso pour aseptiser la viande; depuis, le shiso est connu, outre-atlantique, comme la “beefsteak plant” !
  • la forme pourpre, akashiso (赤紫蘇), ou shiso véritable : elle est abondamment présente dans les recettes de la cuisine japonaise tout comme la forme verte. Sa capacité à colorer en rouge vaut en outre à l’akashiso d’être le partenaire incontournable des Tsukemono; les Tsukemono (漬物) sont les aliments conservés par macération (saumure, vinaigre…); ils sont servis avec du riz et, entre autres,  forment la base des fameux bentō (弁当). Le shiso est également indissociable des fameuses prunes salées, les umeboshi (梅干); l’akashiso est utilisé pour renforcé la couleur rouge des umé alors que les feuilles d’aoshiso servent d’écrin à leur présentation.

les umé, communément appelées “prunes”, sont en fait des abricots, fruits de l’abricotier du Japon (Prunus mume) et non ceux du prunier du Japon (Prunus salicina). La floraison de l’abricotier du Japon , hanami no ume (はなみ の うめ) est particulièrement prisée des amateurs éclairés; elle survient avant celle des cerisiers.

Les bienfaits du shiso pour votre peau

Le shiso est devenu la star des régimes macrobiotiques et autres variantes de la “healthy food”; de la même famille des lamiacées que la mélisse, la menthe ou le basilic, ses feuilles apportent une saveur nette et originale pour les gourmets occidentaux. L’huile, que l’on extrait de ses feuilles, réunit la quintescence de ses vertus :

  • Une action unique contre les allergies : dans toute l’Asie du Sud-Est, le shiso a, ancestralement, été utilisé pour accomoder les plats de fruits de mer et de crabe; partout, sa capacité à diminuer les risques liés à ces aliments hautement allergènes a été mise en avant (Chine, Corée, Japon). Les études scientifiques conduites depuis 1977 ont confirmé ces propriétés et ont mis en lumière tout l’intérêt du shiso :
    • Il inhibe la libération d’histamine au sein des cellules responsables des symptômes allergiques,
    • Il normalise la production d’IgE responsable des états inflammatoires (diminution de 75 % en 3 semaines de traitement),
    • Il inhibe la lypoxygénase (5Lo), enzyme libérant des substances hautement inflammatoires dans les réactions allergiques.
    • Il freine la surproduction de TNF alpha entraînant ainsi une inversion progressive du terrain allergique.

Le shiso est efficace aussi bien en prévention d’une crise d’allergie que lors d’un épisode allergique, ce qui est unique ! il est intéressant de noter que l’action de l’extrait de shiso est beaucoup plus efficace que ses principes actifs testés isoléments : lutéoline, acide rosmarinique, chrysoériole, apigénine, acide caféique…

  • Un antiseptique puissant : Le fruit a été utilisé dans des formules gastro-protectives par la médecine traditionnelle chinoise et plus particulièrement, pour contrôler Helicobacter pylori; nous avons également vu que les premiers immigrants japonais avaient introduit en Amérique l’art de conserver les viandes grâce aux propriétés antiseptiques du shiso. Enfin, les études les plus récentes ont confirmé l’activité antibactérienne du shiso contre Staphilococcus aureus; Staphilococcus a. est une bactérie commensale de l’homme qui se révèle devenir pathogène par opportunité et contribue grandement aux infections de la peau.
  • Une action anti-inflammatoire nouvelle : Les chercheurs japonais ont identifié une nouvelle flavone contribuant à l’apaisement des inflammations observé après application d’un extrait de shiso, la shisoflavanone A. Leurs travaux ont montré que cette molécule inhibe fortement la production(induite par l’Interleukine–1β)  d’oxyde nitreux , précurseur de l’inflammation. En outre, l’extrait contient aussi de la périlloxine qui inhibe l’enzyme cyclo-oxygénase; des anti-inflammatoires non stéroïdiens comme l’aspirine et l’ibuprofène agissent également en inhibant la famille des enzymes cyclooxygénases.
  • La richesse en omega-3 : Les régimes riches en acides gras insaturés de type oméga-3 semblent être bénéfiques à la santé (régime méditerranéen, le régime paléolithique et le régime Okinawa). L’huile extraite des graines de shiso est parmi les plus riches en teneur en oméga-3 (acide α-linolénique ou ALA) du règne végétal : plus de 60% du total acides gras !

Le shiso est vraiment la plante bonne à tout faire qui nous vient d’Asie, bonne à tous les sens du terme ! Nourrissante, soignante et régénérante, l’huile de shiso apporte une nouvelle dimension pour les soins naturels de la peau.

“La civilisation a étouffé le naturel en nous : découvrir la simplicité, savoir en quoi consiste une vie naturelle, une alimentation saine ne sont pas choses évidentes.” –  Le Ventre des philosophes. Critique de la raison diététique (1989) de Michel Onfray.

bol et sushi avec verdure | Les bienfaits du shiso pour la peau

Vous aimerez ce produit contenant de l'extrait de feuilles de shiso :